dimanche 2 juillet 2017

[Bahreïn] Virée dans le désert... à la recherche d'un miracle


Quand j'ai entendu parler du "Tree of Life", comme étant un mystère de la nature, voir un miracle du désert, j'ai souri. Je ne crois pas aux miracles. Si ils existaient, je me serai réveillée un matin avec le Q.I d'Einstein, la persévérance de J.K. Rowling et le fessier de Tammy Hembrow (tout ça à la fois bien sur). Mais dans le fond je me suis dit pourquoi pas. Un arbre vieux de plus de 400 ans, planté au milieu de nulle part, alimenté par une source d'eau inconnue. C'était forcément quelque chose à voir.

Comme on ne part jamais à l'aventure le ventre vide, nous avons d'abord fait une halte dans un restaurant brésilien.Une fois nos estomacs un peu trop remplis, on se met en route. Il fait chaud à pouvoir se faire cuire un oeuf sur le capot de la bagnole, mais nous sommes décidés à le voir ce miracle. Au revoir Manama. Au revoir la civilisation. Bonjour le désert.

Nous traversons plus de la moitié du pays (oui le Bahreïn c'est petit). Autour de nous RIEN. Un paysage aride, absolument déprimant, digne d'un vieux road movie post apocalyptique, avec en guise de décor des puits de pétrole. Le genre de désert pas vraiment sexy.




A l'arrière, la petite dernière braille parce qu'elle a faim/envie de dormir/envie de jouer/envie de brailler. Sa grande soeur passe son temps à nous dire qu'elle s'ennuie. On aurait pu leur dire "relax les nenettes on va à Disneyland", car faire autant de route juste pour aller voir un arbre c'est pas très vendeur.

Bon à la place, j'ai dit à ma grande qu'on partait voir un arbre magique.

La presque-5-ans: Pourquoi il est magique?
Moi: Parce qu'il est vieux et qu'il a survécu au milieu du désert.
La presque-5-ans: Pourquoi tu dis qu'il est vieux, il est malade?
Moi: Il est vieux parce qu'il a plus de 400 ans!
La presque-5-ans: Alors il doit être très malade et tout cassé!
Moi: Oui oui c'est ça, il est malade...



 Puis on se rend compte que bébé braille parce que sa couche est pleine ( tu vois ce que je veux dire).

On s'arrête. On sort de la voiture. 43 degrés à l'ombre. Sauf qu'il n'y a pas d'ombre. L'impression d'être une dinde en train de cuire dans un four géant. bébé est changé dans le coffre de la voiture. Clim à fond comme toujours.
Un fion torché plus tard, on reprend la route. Ça braille un peu moins derrière, et la grande a arrêté de nous parler du vieil arbre sénile en décomposition.

Au loin on pouvait l'apercevoir. Le fameux miracle du désert. Un gros arbre tristement solitaire, planté la au milieu de nulle part.



Tout le monde s'hydrate à fond. Chapeaux vissés sur les crânes, On respire un bon coup et on sort de la voiture. Nous escaladons la butte à toute vitesse afin de nous mettre rapidement sous l'ombre des feuillages de l'arbre mystique.
 Malgré la chaleur étouffante, nous ne sommes pas les seuls boulets à être venus voir le Shajarat al-Hayah. D'autres visiteurs se sont planqués sous les branches pour faire des photos souvenirs, mais aussi manger des chips et des popcorns en prenant bien soin de jeter les restes par terre ( au cas où l'arbre aurait faim?).
 Les filles semblent ravies: La petite paupiette est toute émerveillée (oui c'est rigolo les branches, les feuilles toussa toussa), et la grande se met à courir dans tous les sens, comme si elle venait de se prendre une dose d'adrénaline de taureau, alors qu'il fait à peu près10 000 degrés dehors ( comment ça j'exagère).
On prend quelques photos, tout en s'extasiant devant le vieil arbre solennel. L'amoureux s'éloigne pour voir de plus près une sorte de grand cadran solaire taillé dans la pierre à même le sol.  Mais on ne traîne pas, histoire de ne pas finir en rôti de veau carbonisé.

Retour à la voiture. Gob bless la clim. L'amoureux avait à peine démarré que bébé se remit à ronchonner derrière, pendant que la grande se plaignait non plus de s'ennuyer, mais d'avoir faim (ou les 2, je sais plus).

Lui :On retourne en ville, et on ira manger une glace ou des gâteaux ça te va? 
La presque-5-ans: Mais moi j'ai faim maintenant
Lui: *s'enerve * s'enerve *s'enerve
La presque-5-ans: Je peux avoir ma glace maintenant? Ou alors des popcorns comme les gens la bas?" 
Le bébé: *rale *rale *chouine *braille *râle
Moi dans ma tête: bon les gars, y'a une branche qui me fait de l'oeil, je reviens je vais aller m'y pendre.



Moi qui ne croyais pas aux miracles,  nous en avions eu plusieurs en une journée:

#1: Se péter le bide dans une churrascaria, juste avant notre balade, sans qu'aucun de nous n'ait été victime d'indigestion ( le contraire aurait été assez folklo, y'a pas un seul buisson dans le coin)
#2: Ne pas avoir succombé à la tentation de laisser nos mioches sous l'arbre mystique et de se barrer en hurlant "Freeeedoooommmm ooh freeeedoooommm"
#3: Nous avons finalement rejoint Manama dans la bonne humeur (merci les glaces), en se disant qu'on a quand même passé une chouette journée en famille!



2 commentaires:

  1. Ahah ! J'aime beaucoup ce genre de récit ! On est loin de l’escapade idyllique que l'on voit qu'à la télé. Beaucoup de route pour voir un arbre, aussi miraculeux soit-il, la chaleur, les enfants qui se plaignent... C'est vivant, c'est réel. Et au final, les instants en famille, avec leurs hauts et leurs bas, peuvent être aussi beau qu'une plage de bora bora. =)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Charly, haha effectivement on est TRÈS loin de l'escapade idyllique, et pas simple pour les mômes d'être patients durant ce genre de " promenade familiale". Ceci dit ça valait franchement le coup, c'est un tout autre visage du Bahreïn :-)

      Supprimer

Un avis? Une réflexion? une question? N'hésites pas à commenter...