dimanche 23 novembre 2014

Voyage & expatriation, l'influence des parents.






Il parait que la bougeotte se transmet d'une génération à une autre. Il parait que le voyage on y prend goût, dès l'enfance, et qu'on aurait du mal à tenir en place après avoir été trimballé de gauche à droite par nos parents. Oui, il parait...en fait ça n'a jamais été prouvé, de plus  notre vie d'adulte n'est pas toujours complètement influencée par notre enfance. 


Dans notre cas, c'est pourtant vrai.  Chez nous, l'expatriation, ainsi que le voyage,  c'est un truc de famille. "J'ai ça dans le sang" me dit mon mari, fils d'expatrié. Après avoir passé son enfance en Chine, en Turquie, et en Egypte, il ne se voyait absolument pas dans un mode de vie "sédentaire".
 Et pour cause, nous nous sommes rencontrés en Angleterre, alors qu'il venait de finir une mission en Allemagne, et il parlait déjà de son envie d'ailleurs. " Tu comprends, après 3 ans j'ai envie de bouger, de voir autre chose".
 Et le pire c'est que je comprenais son ressenti. Je suis fille d'immigrée, issue d'une famille où on aime le voyage. Lorsque j'étais petite, nous accompagnions mon père à ses rendez-vous d'affaire en Suisse. Nous sommes souvent allés en Allemagne, en Belgique, puis en Espagne aussi. Et je ne parle évidemment pas de nos nombreuses vacances à Madagascar pour voir la famille de ma mère, mais aussi visiter le pays en long en large et en travers à bord d'un vieux taxi-brousse.

 Mes parents ont toujours autant la bougeotte. Ma mère, elle,  a pu visiter ces dernières années le Brésil, l'Argentine, la Réunion,  les Etat-Unis, le Canada, le Japon, la Chine, avec son compagnon et ses enfants (liste non exhaustive argh...)  et dans quelques mois elle part au Qatar avant de nous rejoindre au Congo pour les fêtes (yipiiiii!). Mon père, vit désormais la moitié de l'année au soleil...en Thaïlande.


  Mes parents m'ont aussi beaucoup encouragée à quitter la France, lorsque j'étais étudiante, pour que mes expériences soient en concordance avec le diplôme que je préparais (Commerce international).   Alors je suis partie en Angleterre.  Et puis la vie a fait que j'ai croisé la route de celui qui est aujourd'hui mon mari.

 La suite, tu la connais, c'est écrit ici sur ce blog.

Vivre à l'étranger s'est finalement présenté comme une évidence malgré quelques contraintes. Et aujourd'hui, nous ne concevons plus les choses autrement.  La France on l'aime, mais pour les vacances, pour voir la famille et les amis, pour prendre de temps en temps une belle bouffée d'oxygène, pour un retour au source... Cette France, elle nous manque parfois, et vivre à l'etranger nous permet de realiser aussi à quel point le pays du fromage qui pue est bien loin d'être le pire pays du monde.

 Je ne sais pas si mon parcours aurait été le même si mes parents ne m'avaient pas transmis le goût du voyage durant mon enfance. Peut être que mes appréhensions auraient été plus grandes, peut être aurais-je eu moins d'audace dans certaines situations? Je ne sais pas. Je n'ai en fait aucune certitude, à part le fait que la vie que je mène aujourd'hui correspond à mes aspirations, et que tout comme mon conjoint, la sédentarité me fait bien plus peur que l'inconnu.  

Je me demande parfois si notre fille aimera aussi voyager, ou même si l'expatriation pourrait être inscrite dans ses gènes.  Adulte, elle préférera  peut-être rester en France, mais on espère de tout notre coeur, qu'avoir passé son enfance à l'étranger lui laissera au moins de merveilleux souvenirs et une belle ouverture d'esprit.


Et toi, penses-tu que le goût du voyage puisse se  transmettre d'une génération à une autre?

33 commentaires:

  1. je crois que je suis un contre-exemple: je n'ai jamais déménagé avant d'avoir 19 ans et mes parents sont restés dans la même maison jusqu'à récemment. J'ai attrapé le syndrome de la bougeotte une fois adulte ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton commentaire Blue, je pense que beaucoup aussi se reconnaitront dans ton exemple :), tous les cas de figure existent! Moi j'ai rencontré beaucoup d'expats (en plus de mon homme) qui ont été eux même enfants d'expats d'où ma réflexion à ce sujet.

      Supprimer
  2. Sans être au niveau de l'expatriation, j'ai une forte envie de voyage depuis petite : un syndrome refilé par mon père je pense (et ma mère qui suivait) ! Je n'ai pas passé un été en France avant mes 10 ans (et ce fut ma seule expérience de vacances sur le sol français avec mes parents)... Maintenant que je voyage par mes propres moyens, j'ai sans cesse envie de bouger, de découvrir de nouveaux endroits !

    Mes deux grandes soeurs sont un peu comme moi, bien qu'un peu plus habituées à leur petit confort en vacances... Alors oui, je pense que c'est en partie inspiré par mes parents !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Popotte pour ton témoignage. J'ai souvent vu ce type de schéma, ainsi que le contraire c'est à dire des parents sédentaires dont les enfants sont devenus des adultes avec beaucoup trop d'appréhensions pour voyager... Je pense évidemment que tout cela dépend de plusieurs facteurs et de l'histoire de chacun. Mais tout comme toi j'ai l'impression que le rapport qu'on mes parents au voyage, a eu de l'influence sur moi.

      Supprimer
  3. Nous c'est un peu intermédiaire. Mon copain est fils d'expat enfin semi, son père est mexicain, sa mere française, ils se sont rencontrés en allemagne. Elle a passé 10ans au mexique où ils sont nés (avec son frere). Mais là elle vit en France depuis 25 ans (et son père au luxembourg). Et moi mes parents n'ont jamais bougés de la région ou je suis née pour vivre, par contre, on a fait des voyages pendant les vacances.
    Donc on aime bien voyager, aller voir ailleurs (Suisse puis USA) mais je crois qu'on sera aussi contents de rentrer en France parce que comme tu dis "le pays du fromage qui pue est bien loin d'etre le pire pays du monde".

    A+
    Karine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Karine pour ta contribution :-). Nous on espère vivre encore quelques années à l'étranger, que ce soit l'Afrique ou ailleurs! Evidemment, il y aura bien un jour où il faudra rentrer, c'est d'ailleurs un moment que j'appréhende un peu, pourtant j'adore Paris ( nous y avons notre pied-à-terre).

      Supprimer
  4. Moi aussi j'ai changé de pays régulièrement depuis mon enfance. Et je ne crois pas du tout au hasard... le fait d'épouser un homme qui adore voyager. Actuellement en Asie (on vit dans deux pays en gros), je relativise beaucoup... la France est un pays très agréable à vivre. Paris polluée ? nan pas du tout comparée aux villages en Chine... Quand je vois les gens se plaignent des embouteillages en France, ça me fait marrer... ou le coût de l'éducation ou la santé... l'état français aide beaucoup les français... On essaye de rentrer en France mais bon quand on est dans un nouveau pays, on a tendance à visiter les pays voisins etc... Quand on revoit les rayons charcuteries/fromages en France... que de frustrations ;o)

    Mon enfant a déjà pris plus de 40 fois l'avion en 3 ans... et adore tous les moyens de transports !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton commentaire ;) je suis d'accord la France est un pays agréable/facile à vivre si on compare à d'autres pays. Tout est une affaire de perspective. Moi aussi je bave devant les rayons charcuterie/fromage, mais le coût des produits importés est tellement dingue en Afrique que ça calme tout de suite haha!

      Supprimer
  5. ma mere est fille d'expat, mes parents ont été expats avant ma naissance, ont beaucoup voyagé ensuite, mais souvent sans moi. J'ai moi aussi voyagé, j'ai fait pas mal de sejours linguistiques et c'est ca qui m'a donné envie de vivre à l'etranger: de vivre le quotidien dans un autre pays.
    mon mari lui, n'a commencé a voyager que quand on s'est rencontré et pourtant c'est lui qui est a la base de notre expatriation (meme si inconsciemment, j'ai du l'influencer)

    Je connais des enfants d'expats, qui ont mal vecu les changements successifs de pays et qui aujourdhui sont posés et refuse de bouger (pas de voyager, mais de s'expatrier).

    Quand a mes filles, je me demande souvent, si une fois adultes, elles voudront revenir en Nouvelle Zélande, ou aller ailleurs....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Mariel, comme je disais plus haut, il est évident que plusieurs facteurs entrent en compte, et que selon l'histoire et la personnalité de chacun, la bougeotte de nos parents se transmet... ou pas du tout!! :-). En tout cas moi je suis toujours impressionnée par le nombre d'expats qui sont eux même enfants d'expats!

      Supprimer
    2. je crois que, quand on a des parents qui ont été expats, on se dit que vivre ailleurs, ce n'est ni irréaliste ni irréalisable, et que du coup, on saisit plus facilement les occasions, là ou d'autres n'ont même pas vu qu'il y avait une occasion. :)

      Supprimer
    3. C'est très juste ce que tu viens de dire là :-). Tiens ça me fait penser à la fille d'une amie qui s'est vue proposée un poste à l'étranger, et elle s'est dit "si mes parents l'ont fait, je peut le faire!", elle n'avait que très peu d'appréhensions.

      Supprimer
  6. Je l'espère, pour la nouvelle génération : à deux ans, Mark a déjà été en France (trois fois), aux USA, au Mexique et en China :-D

    Par contre, je ne sais pas où j'ai pris le goût des voyages. Mes parents sont rarement sortis de France (pas par manque d'envie, mais par manque de sous) et je ne connais personne dans ma famille qui ait vécu à l'étranger.

    Je ne me suis jamais imaginé vivre en France, je voulais voir le monde, et mes parents ont eu l'intelligence de me laisser faire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Zhu, et merci pour ton commentaire. Waouh Mark a déjà beaucoup voyagé pour son âge! Ma petite qui a 2 ans aussi est déjà une habituée des voyages. (Nigéria, Congo, Madagascar, Belgique, France). Un vol long courrier ne la perturbe pas plus que cela généralement, d'ailleurs notre dernier vol Paris-Pointe noire (8heures) s'est passé à merveille, elle était toute contente de prendre l'avion ( elle avait 20 mois).

      Supprimer
  7. Je pense qu'il y a certainement une influence des parents même si ça ne fait pas tout. J'ai eu une enfance assez casanière (on bougeait pas mal mais uniquement en France) et je n'avais qu'une envie : bouger ! Bon après, j'ai une famille Benetton avec des gens des 5 continents, donc ça m'a ptêt aussi donner envie d'aller voir ailleurs :-)
    En tout cas, déjà pour nous, l'expatriation nous a bien ouvert l'esprit, alors j'imagine que pour un enfant, grandir dans cette ambiance doit être extraordinaire. Et que même si elle reste en France plus tard, elle sera probablement bien plus ouverte et enrichie de toutes les différentes cultures fréquentées. :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Marinouchka pour ton commentaire, hihi la famille Benetton, c'est un peu pareil aussi chez nous ;). D'accord avec ta première phrase aussi " Il y a l'influence des parents, mais ça ne fait pas tout".

      Supprimer
  8. Article intéressant autour d'une question que je me pose aussi...

    Mes parents sont séparés depuis ma naissance. Du côté maternel, je partais en vacances une fois par an dans un club en Espagne. Mais du côté paternel, je passais des semaines dans son camion. Il était à l'époque chauffeur routier international. Je crois que mon goût pour la route et le mouvement vient de là. La sédentarité m'angoisse et me déprime. J'ai besoin intrinsèquement de mouvement.

    Depuis que mon fils est né, nous voyageons beaucoup et je crois que je lui ai transmis le virus. En tout cas pour l'instant. Il ne veut jamais rentrer à la maison et me parle toujours de partir en voyage. Son jeu préféré étant de faire sa valise. Il aime marcher et ne se plaint pas de passer des heures en voiture. Il est toujours partant et aime découvrir.

    Par contre, son grand-frère, le fils de mon compagnon, a également beaucoup voyagé. Avec sa maman et avec nous... Et il n'aime plus voyager. Il déteste marcher, il déteste la voiture. Ce qu'il veut c'est regarder la télé dans le fauteuil en mangeant des pommes coupées et aller à l'école. Avoir une routine quotidienne. Le voyage le plus long qu'il veut bien faire, nous a-t-il dit en rigolant, est d'aller chez la voisine ;-) Donc, parfois, l'inverse, se produit aussi. Et c'est au grand désespoir de sa maman qui a également de mal avec la sédentarité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Laurence, et merci pour ton témoignage très intéressant qui illustre parfaitement bien ce qui a été plus haut: Voyager durant notre enfance peut nous influencer mais peut aussi nous rendre plutôt casanier. La personnalité et peut être aussi la façon dont on a vécu ces voyages ou ces expatriations durant notre enfance y joue un rôle important je pense.

      Supprimer
  9. Sans parler d'expatriation, mes parents sont aussi de grands voyageurs depuis que je suis toute petite et c'est pour cela que j'aime autant voyager et découvrir de nouvelles cultures ! J'ai remarqué que mes amis, qui n'ont jamais été plus loin que les pays limitrophes à la France n'aiment pas beaucoup voyager :s

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Julia, contente de voir que toi aussi tes parents t'ont transmis l'amour des voyages et des autres cultures :-). En ce qui concerne tes amis, peut être que le choc culturel que l'on peut connaître dans les pays frontaliers à la France est suffisant pour assouvir leur désir d'"exotisme" ! Tu vois l'Angleterre c'est pas loin et pourtant j'ai trouvé ce pays tellement différent de la France, et je m'étais dit à l'époque qu'on avait pas besoin d'aller plus loin pour être "dépaysé" hihi!

      Supprimer
    2. C'est vrai que l'on peut être facilement dépaysé, mais comme je suis quelqu'un qui aime partir très loin pour en apprendre plus sur des cultures très éloignées de la notre, j'ai un peu de mal à comprendre. Mais bon, heureusement que l'on est pas tous pareils :)

      Supprimer
    3. Et oui il faut de tout pour faire un monde :-) Mais aujourd'hui je suis comme toi, plus je suis loin, plus je suis dépaysée, et j'ai une préférence pour les pays non-européren. J'apprécie beaucoup l'Afrique, et j'adorerais découvrir quelques pays d'Asie.

      Supprimer
  10. Moi je fais plutôt partie de celles qui n'ont pas du tout de précédents dans la famille. Ce sont mes études qui m'ont amenée à bouger... Mais je pense que oui, dans le cas des gens qui viennent d'une famille d'expatriés, baroudeurs, etc, c'est presque normal qu'ils essayent de faire de même. D'une manière ou autre, consciemment ou inconsciemment, on reproduit sans cesse les choses, coutumes et modes de vie que nous avons eu étant petits !

    Bisous,

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai autour de moi beaucoup de personnes également qui ont eu le "declic" pendant les études avec notamment les échanges universitaires! D'ailleurs l'ERASMUS j'y avais pensé lorsque j'étais en licence d'anglais, mais j'ai laissé tomber, pour me tourner vers un master en management. besos!

      Supprimer
  11. Hello Fafa !
    On se pose un peu les mêmes questions, et j'avais d'ailleurs traité ce sujet sur ma propre expérience ici : http://dans-mes-basques.com/accro-au-voyage/
    Du coup, on ce qui me concerne, je n'ai aucune explication sur cet attrait pour le voyage, mais il n'est pas dans mes gènes ;-)
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Claire! Je suis allée voir ton article, et en fait je l'avais déjà lu il me semble à l'époque hihi. Ce genre de questions traverse surement un bon nombre de voyageurs et d'expat, et bien sur que le virus du voyage ou de l'expatriation ne concerne pas uniquement les enfants d'expats ou ceux qui ont des parents voyageurs! Notre personnalité, notre curiosité naturelle,et peut être encore tout un tas d'autres choses, ont leur importance aussi dans l'histoire, c'est indéniable. ;) bises à bientôt

      Supprimer
  12. Et bien pour moi, voyageuse et également expatriée, mes parents n'ont jamais vraiment beaucoup bougé, sauf mon père mais pour le boulot ... Dans la famille il n'y a que moi qui ait vraiment la bougeotte ! Ceci dit je trouve que tu as raison, c'est quand on est loin de son pays que l'on réalise qu'il nous manque et que tout n'y est pas négatif ! ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Owi parfois quand j'y pense on est bien loti en France!!! ;). Du coup à chaque vacances j'apprécie chaque instant passé en France, et puis qu'est ce qu'on y mange bien :-p

      Supprimer
  13. Très bon article. Depuis toute petite, je savais déjà que je voyagerais lorsque je serai adulte. Ajd à 25 ans et jeune diplômée, je n'attends qu'une chose, partir travailler à l'étranger . La morosité économique en France fait que l'on n'a plus trop le choix. L'époque où l'on pouvait se contenter de rester en France toute notre vie est révolue. Surtout que la concurrence est rude. J'aurai cependant une question: l'expatriation peut-elle durer toute une vie ? Ou est-il préférable de "poser" ses valises à un moment? Merci :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello, merci pour ton commentaire :). Je suis d'accord la concurrence est rude en France, et les employeurs de plus en plus exigeants: comment peut-on justifier d'une expérience de 3 à 5 ans lorsqu'on sort tout juste de la fac??? Ceci est un exemple parmi d'autres. Par rapport à ta question, cela ne dépend que de toi, mais aussi de ton conjoint si tu en as un. Ici au Congo il y a des familles françaises qui y sont installées depuis plusieurs générations, idem dans d'autres pays. Je crois que si tu te sens vraiment bien quelque part et que ta famille aussi, alors pourquoi pas? Nous sommes parties pour encore de longues années d'expatriation, mais pour le moment le retour en France fait aussi partie du plan, on ne sait pas quand mais on rentrera.

      Supprimer
  14. Je trouve ton article très vrai. Mais dans mon cas, l'envie de bouger est venu plus tard. Ma mère est toujours resté en france, mon père aussi. Nous avons juste beaucoup déménagé pendant mon enfance. Une fois adulte, je changeait d'appartement tous les ans, comme un besoin vital. Alors qu'en fait, ce qu'il me fallait, c'était changer de pays. J'aime la vie que nous menons et nous comptons continuer encore plusieurs années. Et quand je vois à quel point ma fille de tout juste un an (depuis hier hihihi) s'adapte très bien peu importe où nous allons, en vacances, ou autre, en avion, je pense qu'elle prendra goût à ce mode de vie.

    RépondreSupprimer
  15. BonjOur fafa

    Je viens de tomber sur ton blog et c'est une merveille de lire tes expériences d expat. Tu passes de sujets sérieux à des anecdotes et tout cela dans la bonne humeur.

    Je suis tout à fait d accord, je pense que l influence des parents joue énormément. Même inconsciemment.

    Je suis camerounaise-ivoirienne et je pense que mon goût du voyage et de l expatriation vient de mes parents.

    J ai passe mon enfance en france et au gabon. Ai voyage dans mes pays d origine cameroun et côte d ivoire. Ma mère a par la suite vécu aux usa. J ai visite pas mal de pays. J ai egalement fait une partie de mes études à Vancouver et ai épouse mon homme qui est beninois togolais!

    Ce que j aime c est l adaptabilité, l ouverture d esprit, la découverte des cultures. Il en va de soi que partout où je passe, je suis "étrangère". Disons que je me définie comme "internationale". Quand les gens m entendent parler ils distinguent pas moins de 3 accents (pourtant je fais pas expres). Un jour des clients d un magasin se sont presque battus pour savoir qui avait raison : un disait que par mon accent, j étais camerounaise, l autre jurait que j étais ivoirienne et un autre gabonaise. Et moi de dire : je suis les 3 !

    Mon dernier voyage c était un road trip de la côte ouest africaine en voiture : côté d ivoire Ghana Togo benin. Nous n avons pas fait le Nigeria car mon homme s était fait agresse lors d un voyage d affaire à Lagos au niveau du no mans land frontière nigeria benin. Il a juré qu il mettrait plus les pieds à Lagos. Mais moi, j aimerai bien visiter Lagos et j ai des amis la bas. Je trouve que ton expérience à Lagos est tres édifiante de vérités.

    Il est vrai que la France, je la vois comme mon refuge. En rentrant de Vancouver, une fois en France, quel soulagement d entendre du français :-) Enfin, je vais manger de la bonne nourriture. Sans regarder le prix des yaourts!

    Je n imagine pas ma vie sans voyages. C est ce qui m a construit. Mon mari est déjà en expatriation et je ne vais pas tarder également.

    Merci de nous faire partager ton expérience. Je lis ton blog avec plaisir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup pour ton témoignage qui en passant est très intéressant. Pour le coup en effet tu as bien baigné dans les voyages et dans un environnement pluriculturel, je comprends que tu puisses te sentir avant tout "internationale", c'est un peu mon cas aussi, le temps passant je me considère de plus en plus comme une citoyenne du monde, à force d'avoir des liens avec plusieurs pays ;). C'est une belle richesse, et je trouve cela bien de pouvoir le transmettre à mon enfant. Dans pays partiras tu t'expatrier?

      Supprimer

Un avis? Une réflexion? une question? N'hésites pas à commenter...