mardi 25 mars 2014

Vivre à Lagos : Les expats doivent-ils avoir peur?



Une question qui fait débat 


That is the question comme dirait  Shakespeare... La question sur l'insécurité à Lagos est un sujet où les avis divergent.
J'ai donc décidé de consacrer un article uniquement à ce sujet, en espérant éclairer les futurs expats lagosiens, ou tout simplement apporter un début de réponse pour le lecteur/lectrice curieux que vous êtes. Je dis bien un début de réponse, car si j'avais LA réponse, je serai déjà le maître de l'univers (rire machiavélique)!

 Hum ( reprend son sérieux...) Je parle ici de Lagos, et non du reste du pays dont certaines regions en effet, restent infréquentables pour nous "oyibos".
Je tiens également à préciser que je parle dans un contexte relatif aux conditions de vie des expatriés, et non du nigérian moyen vivant dans les quartiers populaires.



http://www.oma.eu/lectures/lagos-infrastructure-and-improvisation



Notre expatriation au pays des go slow et de la pepper soup commence donc en Avril 2011. En juin, je rejoins mon mari, avec mes deux valises et mon angoisse.
Oui je suis angoissée, parce que l'image du Nigéria que les medias ne cessent de vehiculer, est celle d'un pays dangereux. Et c'est effectivement le cas, non seulement pour les expats ( kidnappings, escroqueries, vol) mais aussi pour les citoyens lambdas (attentas, meurtres, banditisme).




http://www.npr.org/blogs/thetwo-way

Et pourtant...


Je m'installe donc dans ce pays "hostile" avec beaucoup d'apprehensions. Je trouve un travail qui me permets de rencontrer d'autres femmes d'expats venant de divers horizons: France, Tunisie, Madagascar, Liban, Côte d'Ivoire, Congo, Cameroun... Je me lie aussi d'amitié avec des nigérianes. Nous parlons de tout et de rien, mais surtout de cette vie si particulière pour nous "Oyibos" dans la fourmilière lagosienne .
J'explore quelques endroits habituellement peu fréquentés  par les expatriés, car généralement non recommandés sauf si on accepte d'être escorté et/ou accompagné( Lekki public market, Oneru public market, Ikota).

 Mon angoisse se transforme en étonnement.  Si le Nigeria est bel et bien un territoire dangereux, la ville de Lagos, capitale économique du pays,  accueillant une grande communauté d'expats me donne alors l'impression de souffrir d'une mauvaise reputation "inappropriée, ou du moins "qui n'est plus d'actualité". Bien sur cela ne tient qu'à moi.
Les choses sur lesquelles tout le monde arrive à se mettre d'accord, c'est que Lagos est une ville étouffante, fatigante, bruyante, stressante... qui peut très rapidement nous rendre dingue, mais dès qu'on aborde le thème de l'insécurité, les opinions ne sont pas toujours les mêmes.


A chacun son vécu, à chacun son point de vu. 


Lagos, ou Eko en Yoruba, est pour certains expats, une ville angoissante et synonyme de danger permanent,  qui restera associée à une mauvaise période de leur vie. Non pas parce que leur vie a été menacée (sauf cas très rares), mais parce qu'ils ont du faire face à des situations très désagréables, telles que des prises de têtes à n'en plus finir avec des policiers corrompus et agressifs, des vols, du harcèlement. Si on ajoute à ça, le ras le bol d'une liberté limitée, Lagos est représentée alors comme effectivement la ville la plus insupportable qu'ils aient pu connaitre.
  Pendant ce temps là, d'autres se la coulent douce,  profitant des sorties dans les bars et nightclubs, n'hesitant pas à faire des trajets à pieds si le coin leur parait "safe". Il conduisent eux même leur 4x4 flambant neuf,  sans se soucier un seul instant de la réputation de cette ville grouillant de monde, trainant avec elle l'image d'une des villes les plus invivables de la planète... Pour eux la vie à Lagos est bien plus tranquille que dans certaines autres grandes villes africaines.

On ne sait plus sur quel pied danser!

Les consignes à respecter 


En arrivant, voici les règles principales de conduites auxquelles nous avons du nous soumettre ( elles diffèrent d'une compagnie à une autre, chacune fait un peu ce qu'elle veut):

- Ne pas conduire ( avoir donc un chauffeur).

- Ne pas prendre de photos ou de videos dans les lieux publics, au risque de se faire enquiquiner par la police ou des personnes peu scrupuleuses prêtent à tout pour vous soutirer un peu d'argent.

-Ne pas faire de trajets à pieds en dehors de son quartier. Peu d'expats font des trajets à pieds, plus parcequ il n y a pas vraiment de trottoirs et beaucoup trop de voitures, qu'à cause d'un risque de se faire agresser.   En ville, en plein jour, le risque de se faire agresser est quasi nulle, la police est omni presente.  Disons que la ville n'est absolument pas organisée de façon à ce qu'on puisse s'y promener, alors les trajets se font en voiture.

 - Ne pas sortir de son quartier la nuit.

- Ne pas utiliser les transports en commun ( risque de vol, et danger sur la route étant donné la conduite imprudente de certains conducteurs de bus)

- En journée, ne pas sortir de la ville sans escorte policière. Si sécurité il y a à Lagos, ce n'est pas forcément le cas quand on se rend dans le mainland.

- Rester chez soi en cas de regroupement/manifestation. J'ecrirai d'ailleurs un article sur une période particulièrement chaotique, l'unique période où j'ai vraiment ressenti de l'inquiétude, qui est celle des "Oil subsidy strikes" ( manifestations au sujet des subventions pétrolières).

BREF...

 Ici quand on parle de quartiers,  on ne parle pas de rues, mais des différentes parties de la ville. Les expats sont essentiellement basés dans les quartiers residentiels de Lekki et de Ikoyi Island, ainsi que dans le quartier d'affaire Victoria Island.
 Des quartiers hautements sécurisées, où à la tombée de la nuit chaque voiture est contrôlée par les barrages de polices pour decourager les personnes mal-attentionnées.


Source: http://news.searchcheapflights.co.uk/10/2012/lagos-the-city-of-islands.htm


Et ce qu'on dit dans les médias alors???


 J'entends déjà quelques voix dire " mais on m'a dit qu'il y a des enlèvements" " des attentats meurtriers  " " les expats vivent reclus dans des camps" et "Boko Haram alors?".


No fear my dear... 

Lagos n'est pas concerné par ces faits extrêmement graves relatés dans les medias, les zones à risques se trouvant principalement dans le Nord et dans le Sud du pays.
Bien sur, comme dans toute grande ville, qui plus est surpeuplée, la criminalité et la délinquance font parties du décor, mais rien à voir avec la criminalité évoquée sur TF1 aux heures de grandes écoutes, nous renvoyant l'image d'un territoire sanglant au bord de la guerre civile.
A Kano, dans le nord-est du pays, on ne compte plus le nombre de morts causées par les attentats terroristes. Dans le sud du pays, à Port Harcourt, on n'y enverrai même pas son pire ennemi, tant les enlèvements contre rançons représentent une vraie menace..  et pourtant des expats y travaillent, certains y sont même installés en famille... oui, mais dans des camps, ULTRA sécurisés.

Et la pour le coup,  Liberté= zero.
Si les règles de sécurités sont respectées à la lettre, le seul risque, concerne la femme d'expat: elle se fera profondement chier, si je puis dire. Et pour peu qu'elle se crêpe le chignon avec la voisine, alors la j'vous dis pas... 

Quant aux expats basés à Lagos, ainsi que les nigerians de la classe supérieures , ils vivent dans des résidences ( et non des camps d'expats)  sécurisées, et avec une liberté assez limitée, mais mènent une vie bien plus acceptable. Nous avons ici la possibilité de profiter de tous les avantages qu'on retrouve dans une grande ville dynamique: shopping, bars, resto, associations, événements, galeries d'art ect...


photo: http://www.skyscrapercity.com





photo: http://www.skyscrapercity.com



Mon ressenti...


En bref, le sentiment que j'ai,  c'est que les mesures de sécurités prises par les compagnies sont impressionnantes, alors que d'un autre côté nous, expats lagosiens, n'avons pas de grandes raisons d'avoir peur. Que ce soit en ville, ou dans mon quartier, je ne me sens pas en danger, quand on sort faire la fête le soir, ma seule crainte est de me faire embêter par les barrages de flics, car certains utilisent le port de l'uniforme pour obtenir un peu d'argent, mais il me semble bien que c'est un peu comme ça dans beaucoup de villes d'Afrique.

 Bien sur je ne suis pas en train de dire que le risque est inexistant, mais dans quelle autre ville du monde le risque de se faire agresser est inexistant?

Bon, alors comment doit-on se comporter?





Cela ne nous empêche pas de respecter les règles de conduites à tenir, car même si durant nos 3 années dans les beaux quartiers de Lagos, la criminalité ne semble n'avoir jamais pointé le bout de son nez ( du moins en ce qui nous concerne), nous avons donc fait le choix comme la plupart des oyibos, d'être plutôt prudents.
Car si par malheur on se trouvait au mauvais endroit au mauvais moment, cela se retournerait contre nous et on nous dirait" C'est de votre faute, vous êtes au Nigéria et vous vous êtes permis trop de liberté, alors qu'on vous avez prévenu que blablabla...". On passerait pour des inconscients irresponsables, ce qui  pourrait éventuellement nous poser quelques problèmes pour nos prochaines expatriations.



Et enfin pour terminer, l'avis d'une journaliste française basée à Lagos, expliquant notamment la raison de la réputation sulfureuse de la ville 


En surfant sur le net, j'ai enfin trouvé le Saint Graal, car rares sont ceux qui délivrent un témoignage  détaillé sur la question de l'insécurité dans la ville de Lagos:  Voici le témoignage d'une française ( non femme d'expat) dont la vision de Lagos se rapproche de la mienne.
Il s'agit de Julie Capel, correspondante RFI à Lagos.

Pour les plus curieux d'entre vous, je vous invite à écouter cette interview, un peu longue, mais  très intéressante qui décrit tout d'abord la ville de Lagos de façon assez générale, avant de parler de la sécurité/l'insécurité à Lagos. ==Click== 



Dans son interview, Julie  évoque une anecdote sur les Okadas ( motos taxi), moyen de transport dangereux, et jouant aussi un rôle dans l'augmentation du taux de délinquance. Ces Okadas ont été bannis à Lagos en 2012.  La ville est donc encore plus sécurisée qu'avant... 

Pour plus de détails, voir cet article, sur l'interdiction des Okadas en ville.
 ==Click- article in english==




En bref, si vous êtes amené à vivre à LAGOS, oubliez les médias, oubliez tout ce qu'on vous a dit sur le Nigéria, et faites vous votre propre opinion, car elle ne sera jamais vraiment la même que celle de votre voisin.
Ne partez pas stressé, gardez votre stress pour les problèmes d'ordre logistique ou organisationnel, car ça par contre, vous y aurez droit c'est sur ;-) 

A bientôt

Fafa

ps: Vous pouvez me retrouver aussi par ICI, pour plus d'anecdotes, d'expatriation et de fun. 

Articles recommandés : ===== Conseils de nomade, pour votre départ à Lagos=====
Interview d'Aurélie, expat à Lagos

10 commentaires:

  1. Je vis à l'autre bout du monde et ne suis pas intéressée par l'Afrique (quoique je garde de supers souvenirs de mon séjour en Côte d'Ivoire) mais ton blog est vraiment passionnant et j'adore lire tes articles.
    J'aurais appris des choses aujourd'hui ! Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Béné ^^, j'aime beaucoup ton blog aussi, j'ai presque eu l'impression d'avoir été au Japon avec toi, moi qui suis une ancienne fan de mangas ce pays me faisait rêver quand j'étais ado! Et félicitations pour ton job au fait! A bientôt

      Supprimer
  2. Super blog et informations interessantes. Est compliqué d'avoir un permis de travail en tant que femme d'expatrié?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Kate, merci. Je ne sais pas si c'est compliqué mais c'est faisable, j'ai connu une femme d'expat qui en avait obtenu un. Pour ma part j'ai bossé sans permis de travail comme la plupart des femmes d'expat ici. A bientôt

      Supprimer
  3. ouah .. très interessant .. on comprend mieux alors ... bon fin d'expat là alors ...

    RépondreSupprimer
  4. Je suis tout à fait d'accord, les médias ne donnent pas une image vraie des lieux. Et tout est une question de feeling, aussi... j'ai voyagé partout en Amérique centrale et du Sud, et tout le monde m'a dit "oh mon dieu, le Salvador, le Guatemala, la Bolivie, le Brésil, etc. sont des coupe-gorge!" Euh... non, Certains quartiers, certaines personnes sont dangereuses. Idem pour le Mexique. Il faut savoir où on met les pieds, se renseigner avant, c,est tout. Le seul pays dans lequel on a eu des problèmes est celui qui est réputé le plus sûr, le Panama...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai, et puis c'est comme partout, il suffit de se retrouver au mauvais endroit au mauvais moment, et cela que tu sois dans la ville la plus safe ou la plus "dangereuse" du monde!!!

      Supprimer
  5. D'autre part, excuse-moi j'ai oublié je suis très curieuse de savoir c'est quoi la base de la nourriture des Nigériens, je crois que se sont des gens plus ou moins hospitaliers sans parler des gens mal-élevés sans scrupules pick pocket ou escrocs ou voleurs? effectivement se sont des gens dangereux comme dans tous les pays mais il y a des gens pas comme ça quand même?

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour Fafa,
    Je prévois de traverser le pays en vélo depuis le Bénin jusqu'au Cameroun dans le cadre d'un tour de l'Afrique. Je comprends bien en te lisant que tout expat' aura un point de vue différent sur la question sécuritaire mais voilà, je cherche à connaitre ton point de vue sur les coins à éviter pour ma traversée. Il me semble avoir lu que le Nord-Est est à éviter absolument...vous évoquez Port Harcourt...pouvez-vous m'aider à établir un itinéraire ? Merci d'avance pour ton attention.

    RépondreSupprimer
  7. Je dois deménager pour lagos en février et je flippais mais maintenant jai une autre opinion de l'endroit oú je vais rester.Merci fafa

    RépondreSupprimer

Un avis? Une réflexion? une question? N'hésites pas à commenter...